Histoires pour enfants (8-12 ans…)

blur-book-close-up-356353

 

  • Dis Anouck, et si on allait voir maman pour lui dire…
  • Pour lui dire quoi Enzo?
  • Heu, j’aimerais savoir qui était grand-père… toi tu sais?
  • Beuh non! Je sais juste comment il s’appelait… heu… je crois qu’il s’appelait MEFENZA…
  • Tu crois ou tu es sure?
  • Je crois !
  • Si tu n’es pas sure, allons demander à maman, c’est plus simple…
  • Maman, maman, maman t’es là?
  • Oui Enzo, je suis là, … dis-moi…
  • Allez Anouck viens, on y va, on va lui demander…
  • J’arrive, j’arrive!
  • Qu’est ce que vous voulez savoir?
  • Maman, ici en Europe, on n’a pas de grands-pères, ni de grands-mères… et il ne nous reste plus que grand-mère Madeleine au Cameroun… Anouck et moi, nous aimerions savoir un peu qui étaient nos grands-parents…
  • Ha! … c’est ton idée Enzo?
  • Oui maman…
  • T’es curieux de tes origines alors? Ça te plairait bien de savoir? … Mais tu vois Enzo, je n’ai pas assez de temps pour le moment… je vous la raconterai plus tard…
  • Hô non maman, s’il te plait!
  • Je n’ai vraiment pas de temps Enzo… Ce qu’on va faire, pour que vous ayez une histoire bien proche de la réalité, cet été, on ira au Cameroun rendre visite à votre grand-mère. Elle saura mieux que moi vous dire des choses sur vos grands-parents…
  • Mais l’été c’est dans longtemps maman! (avait renchéri Enzo)
  • Un peu de patience fiston… Je crois qu’elle aimerait bien vous revoir aussi, votre grand-mère… Elle se fait vieille… Les années passent, et elle se fatigue… Elle a sans doute besoin de vous voir… on ira la voir, et si elle ne se souvient plus de tout, alors, je vous raconterai…
  • C’est dans longtemps maman! J’aimerais savoir maintenant!
  • La vie ce n’est pas toujours comme ça Enzo… on obtient pas toujours tout de suite ce que l’on aimerait… Je suis très occupée pour le moment… mais je peux trouver une solution… Ce qu’on va faire, on va appeler ta grand-mère, c’est la seule chose que je peux pour l’instant… Elles sont assez longues les histoires de vos grands-parents… Je te laisse appeler grand-mère, tu pourras lui demander; et si elle le veut bien, elle te racontera …
  • Allo grand-mère?
  • Oui… C’est qui?
  • C’est Enzo…
  • « Meh Ndih1! »…. « Ndih2 »… tu vas bien Enzo?
  • Oui grand-mère…
  • C’est bien d’appeler ta grand-mère, tes parents t’ont bien élevé… Ta sœur va bien?
  • Oui grand-mère…
  • Et tes parents, ils vont bien?
  • Oui grand-mère…
  • Alors dis-moi, vous venez me voir quand?
  • Grand-mère, maman dit qu’on viendra cet l’été…
  • Ha c’est bien, elle fait bien …
  • Oui on viendra grand-mère. Dis grand-mère, peux-tu me parler de grand-père?
  • Ho… te parler de ton grand-père! c’est bien Enzo, c’est très bien… Tu veux connaître tes racines? … c’est très bien mon enfant… Alors, quand tu viendras cet été, nous irons lui parler sur sa tombe, et je te raconterai tout ce que tu veux savoir…
  • Mais non grand-mère, je veux savoir maintenant, et Anouck aussi elle veut savoir…
  • Écoute mon petit Enzo, la première des leçons à apprendre dans la vie, c’est la patience… Ta maman t’a dit que vous viendrez l’été… Il faut lui faire confiance, et aussi, il faut faire confiance à la vie… N’oublie pas la patience… apprends la patience mon enfant… Tu viendras avec ta sœur, et je vous raconterai tout ce que vous voulez savoir sur votre grand-père…
  • Ho non grand-mère! Ce n’est pas juste… Je te passe maman?
  • Oui passe moi ta maman…
  • Au revoir grand-mère…
  • Au revoir Enzo…

Enzo venait d’ouvrir par sa curiosité, et celle qu’il faisait naître chez sa sœur, une belle aventure pour leurs vacances d’été…

Six semaines plus tard, la famille embarquait à bord d’un vol pour le Cameroun… Anouck et Enzo étaient excités à l’idée de retrouver leur grand-mère. Ils aimaient l’ambiance chaleureuse de sa maison, avec ses animaux de compagnie, ses chats, Star et Kate, et son chien Cristal dont ils étaient fans… (à suivre…)

____________

  1. Ndih est un éloge qui veut dire seigneur, en langue Yemba, une langue parlée dans la région de l’Ouest du Cameroun. Il est utilisé pour montrer qu’on approuve ce que l’autre dit ou fait.
  2. Me Ndih veut dire, un seigneur. C’est le même éloge avec un déterminant.

 

*************************************

branch-bright-buds-720389

Anouck & Enzo partent à la découverte de leurs arrières-grands-parents (2)

Grand-mère Madeleine s’impatientait de voir arriver ses petits-enfants ; elle les attendait toujours avec joie… Elle planifiait d’avance, leurs activités qui s’articulaient autour des travaux champêtres, des jeux avec les enfants du voisinage, des moments de contes, et des soirées à thèmes. Ces soirées à thèmes étaient proposées, et organisées par tous ses petits-enfants…

Anouck, Enzo et leur mère étaient enfin au Cameroun… Grand-mère Madeleine les attendait ce jour-là avec beaucoup d’enthousiasme… Elle était chez elle à Melang, dans leur village situé dans le département de la Menoua, à l’Ouest du pays…

Grand-mère Madeleine se faisait de plus en plus vieille… Elle ne pouvait plus tellement venir à la capitale les attendre à la sortie de l’aéroport. Ils la retrouvaient désormais chez elle dans leur village…

Anouck avait été la première à enfoncer le portail de grand-mère Madeleine, puis elle lui avait fait un câlin… Elles avaient un lien particulier… Enzo était arrivé derrière, et s’était jeté dans les bras de sa grand-mère avec fougue…

  • Grand-mère !!! S’était-il écrié…

Elle l’avait pris dans ses bras, et avait laissé tomber sa canne comme si son petit-fils lui avait donné une partie de son énergie ; ce qui lui avait permis de se tenir debout sans avoir besoin de cette canne… Après ses petits-enfants, grand-mère Madeleine avait embrassé sa fille, et les avait ensuite tous invité à entrer avec leurs bagages… Puis, ils s’étaient installés…

Grand-mère Madeleine avait pris des nouvelles de tout le monde, et de l’année scolaire écoulée… Anouck et Enzo passaient en classe supérieure… ce qui la rendait assez fière… elle était contente pour eux…

Grand-mère Madeleine s’exprimait en français avec ses petits-enfants… Ce qui ne plaisait pas toujours au voisinage… Pourtant, elle le faisait… Elle avait été enseignante avant son départ à la retraite… Elle prenait quelques fois du temps avec eux pour leur apprendre des chansons, et quelques bases en dessin… Anouck et Enzo avaient retrouvé chez elle, six autres cousins et cousines qui étaient arrivés quelques jours plus tôt…

Franck, Ariel, Athéna, Béti, Farida, et Cassidy faisaient rayonner cette maison qui semblait trop souvent bien vide à leur grand-mère… Il y avait cet été-là chez elle, une ambiance de colonie de vacances assez particulière…

Grand-mère Madeleine avait prévu une sortie au champ avec ses petits-enfants, le lendemain matin… Elle tenait à leur montrer la provenance du contenu de leurs repas. Et de bonne heure, tout le monde s’était levé pour aller au champ, à un kilomètre de la maison.

Ils étaient allés casser du maïs en épi, couper des légumes, et devaient à leur retour, participer tous ensemble, à la cuisson du repas de midi…

Les enfants et leur grand-mère étaient maintenant rentrés du champ, et avaient posés chacun leurs sacs remplis de maïs frais, dans la cour… Ils avaient eu besoin de souffler un moment. Et pour cela, ils s’étaient assis sur des tabourets autour d’une petite table, dans cette cour assez atypique, qui était parsemé d’espaces verts, d’espaces faits pour laisser sécher des arachides, ou du haricot fraichement récolté ; il y avait aussi un espace où on pouvait voir un rangement de bois secs, et beaucoup plus loin, quelques tabourets…

Satisfait de leurs efforts, certains s’imaginaient déjà au soir dans la cuisine de bois de grand-mère Madeleine, entrain de rôtir quelques épis de maïs qu’ils accompagnaient très souvent de safous, appelés communément « prunes » au Cameroun.

Ils étaient maintenant tous assis sur des tabourets autour de leur grand-mère, et avaient commencé d’égrainer quelques épis de maïs… Les enfants devaient par la suite, faire moudre ces graines fraiches, pour en faire une pâte destinée à la cuisson d’un gâteau spécial…

Ce gâteau se mangeait accompagné de légumes frais… Et comme dessert, il y avait des arbres fruitiers dans le jardin de grand-mère Madeleine… Les enfants avaient donc le choix entre plusieurs fruits différents… Ils pouvaient choisir des mangues, des goyaves, des papayes, ou de la banane, lorsqu’il y en avait…

Enzo avait à peine tenu un épi de maïs dans sa main qu’il s’était remis à penser à son idée… Il avait alors saisi cette occasion pour demander de nouveau à sa grand-mère de les parler de leurs grands-parents… Sa sœur et ses cousin(e)s l’avaient rejoint, et s’étaient mis tous en cœur à l’encourager… On pouvait les entendre depuis la route, s’écrier,

  • Allez grand-mère, allez grand-mère, allez grand-mère…

Tous aimaient l’écouter raconter des histoires… Elle leur donnait l’impression dans sa façon de le faire, qu’ils vivaient la scène comme s’ils y étaient…

Enzo avait repris la parole pour demander plus de précisions à grand-mère Madeleine…

  • Dis grand-mère, comment as-tu connu grand-père ?

Grand-mère Madeleine avait souri. Elle avait regardé son petit-fils bien curieux, et très impatient…

  • Alors mon petit Enzo, et vous tous mes petits-enfants… C’est vrai que je n’ai pas pris le temps de vous dire d’où vous venez, de vous dire qui était là avant votre grand-père… le père de mon défunt mari… Votre arrière-grand-père…
  • Tu vas d’abord nous raconter l’histoire de notre arrière-grand-père ? avait demandé Anouck…
  • Oui princesse… et rappelez-vous, vous êtes toutes et tous ici autour de moi, des descendants de rois… Soyez en fiers, et ne l’oublier jamais…

Sur ces paroles, elle avait arrêté d’égrainer le maïs… Elle avait pris sur ses genoux, Cassidy, sa dernière petite fille de 2 ans… Grand-mère Madeleine s’était montrée silencieuse l’espace d’une minute… Elle avait voulu parler, mais s’était de nouveau retenue… Elle s’était alors plongée dans ses souvenirs, et avait ensuite suite repris la parole…

Grand-mère Madeleine tenait à poser un cadre pour ne pas freiner la préparation du repas de midi. Elle avait alors dit à ses petits fils et filles qu’au moment où ils arrêteraient d’égrainer le maïs, elle s’arrêterait de les raconter les histoires de leurs aïeuls…

Ils avaient tous pris un air plus sérieux, et s’étaient montrés bien déterminés à pousser leur grand-mère à leur raconter le plus longtemps possibles, toutes ces histoires qui faisaient briller d’impatience, leurs regards…

  • Alors je vais vous raconter des histoires qui ne sont pas toujours jolies, mais des histoires sur la vie de vos aïeuls…

Elle avait de nouveau marqué une pause… et avait ensuite repris la parole…

  • Votre arrière-grand-père, le père de votre grand-père venait de Fotouni, un petit village dans le département du haut Nkam, par Bafang… Il avait eu une vie pas très facile, vous savez les enfants…

Elle s’était encore arrêtée de parler… Enzo, sa sœur, et leurs cousin(e)s l’écoutaient attentivement. Ils avaient maintenant tous fait silence… Même la petite Cassidy était silencieuse … Grand-mère Madeleine avait alors repris…

  • C’est difficile pour moi, votre grand-mère, de vous raconter ces histoires… Vous savez mes enfants, elles sont assez tristes…
  • Votre arrière-grand-père s’appelait TEUGANG… Il avait perdu sa mère assez jeune… Il devait avoir 16 ans quand elle était partie au pays des ancêtres…

Sur ces mots, Enzo l’avait interrompu…

  • C’est où le pays des ancêtres grand-mère ?
  • Oulala ! mon petit Enzo, ta question est bonne… Le pays des ancêtres c’est le pays des esprits…
  • C’est quoi un esprit, et c’est où le pays des esprits ? Avait demandé Anouck.
  • Vous voyez les enfants, sur la terre, nous empruntons tous un vaisseau pour y vivre… Ce vaisseau c’est notre corps, le corps humain…
  • Un vaisseau spatial ? Avait demandé Enzo…
  • Non Enzo… pas un vaisseau spatial, mais un vaisseau terrestre… Pour se déplacer sur la surface de la terre, nous les humains, nous utilisons notre corps…
  • Pourquoi parles-tu de vaisseau pour les humains grand-mère ? Est-ce que le corps humain est un avion, ou une fusée avec des passagers ? Avait demandé Anouck…
  • On peut dire ça Anouck…Vous savez les enfants, vous tous ici, nous tous ici, nous venons d’ailleurs… Avant d’arriver sur terre, nous sommes d’abord des esprits créés par Dieu…

Grand-mère Madeleine avait marqué une pause, elle avait bu dans une petite calebasse d’eau, et s’était remise à son histoire.

  • Oui ! Nous sommes tous des esprits dans des corps… Comment te l’expliquer ma petite-fille ? Avait-elle ajouté en se tournant vers Anouck… Un esprit c’est tout ce qui est en toi, et qu’on ne peut voir ; mais tu sais que c’est en toi parce que tu penses, tu imagines, et tu rêves…
  • Tout ce qui te permet de faire des choses qui viennent de ta pensée, c’est ça l’esprit… et Dieu a placé en chacune des personnes, un esprit qui fait que nous sommes tous différents les uns des autres, et que nous ne pensons pas toujours de la même manière…
  • Alors nous sommes d’abord des esprits avant d’être des humains ? Avait demandé Ariel…
  • Oui Ariel, c’est exact… comme je vous disais, Dieu nous a d’abord créé esprit avant de décider dans quel corps il allait nous faire habiter pendant notre séjour sur la terre…
  • Nous sommes sur la terre comme des touristes alors ? Avait demandé Béti…
  • Oui Béti c’est un peu ça… nous sommes ici pour un temps bien court, même si nous vivons plus de 100 ans, c’est un temps bien court… L’esprit une fois créé par Dieu est éternel, il ne meurt jamais… Nous vivons dans ce corps qui nous accompagne, et nous le laissons sur terre avant de repartir dans le pays des esprits…
  • Pourquoi nous laissons notre corps sur terre grand-mère ? Comment nous le laissons ? Avait demandé Anouck…
  • Laisse-moi une pause, je vais prendre mes médicaments et je reviens vite vers vous… il faut que je les prenne avant midi…

Grand-mère Madeleine te reviens dans le prochain épisode